7 films à voir pour les gourmands

Voici 7 films à voir pour ceux qui aiment la cuisine et le cinéma. pour ceux qui comme moi pensent que la gourmandise est aussi un art, il ne faut pas passer à coté 🙂 régalez-vous bien !

 

Waitress

Pétillant film d’Adrienne Shelly avec une réalisation surprenante mais extrêmement bien maîtrisée. Keri Russell est singulière et attachante. Parfait si vous avez envie d’une romance qui jongle entre humour léger et un ton plus mélancolique. Attention toutefois : à regarder impérativement en VO car le doublage français est très mauvais.

Synopsis : Jenna, serveuse favorite chez Joe’s Diner, est aussi appréciée des clients pour son gracieux sourire que pour ses succulentes tartes. Moins heureuse en amour, Jenna est affligée d’un mari comme on n’en fait presque plus : Earl.Un beau matin, Jenna découvre avec horreur qu’elle est tombée enceinte de cet homme. Elle se rend alors chez le nouveau gynécologue de sa petite ville, le timide et charmant Docteur Pomatter… dont elle tombe immédiatement amoureuse.

 

No reservations

Comédie romantique émouvante avec un bon scénario malgré sa simplicité. L’interprétation des 3 principaux acteurs est excellente !

Synopsis : Kate règne sur les cuisines du 22 Bleecker, un des restaurants les plus cotés de Manhattan. Inventive et exigeante, précise et rigoureuse, elle mène sa petite équipe à la baguette et accomplit chaque soir de nouveaux prodiges. Son perfectionnisme fait l’admiration de tous, mais intimide les hommes et décourage les avances. Après la mort soudaine de sa soeur cadette, Kate recueille et prend en charge sa nièce, Zoe, 9 ans, en faisant de son mieux pour l’aider à surmonter l’épreuve. Mais la fibre maternelle lui fait cruellement défaut, et ses efforts les plus méritoires se heurtent à la résistance polie de la fillette, qui lui reproche d’en faire trop. De retour au restaurant après une semaine d’absence, Kate a la désagréable surprise de trouver en cuisine un nouveau sous-chef : Nick, blagueur et exubérant, braillant à pleins poumons des airs de Verdi et Puccini pour la plus grande joie du personnel…

 

BURNT

Le dernier film de John Wells tangue entre comédie et drame et arbore un casting de rêve (Bradley Cooper, Sienna Miller, Daniel Brühl, Omar Sy, Riccardo Scamarcio, Emma Thompson et Uma Thurman). Bradley Cooper semble totalement à son aise et ses coups de gueule n’ont d’égal que ses passages à vide abyssaux.

Synopsis : Plus qu’un grand chef, Adam Jones est une rock star de la cuisine, couronnée par deux étoiles au guide Michelin. Grisé par le succès, arrogant et capricieux, l’enfant terrible de la scène gastronomique parisienne sombre dans l’alcool et la drogue.Quelques années plus tard, il a retrouvé la voie de la sobriété. Entouré de jeunes commis et chefs de parties, il relance un restaurant londonien, déterminé à obtenir le graal de la gastronomie : une troisième étoile.

 

Ratatouille

C’est un de mes Pixar préférés ! L’histoire qui se déroule à Paris est originale et le héros très attachant. Il y a bien sur de l’humour, et aussi de l’émotion. Une animation très bien maitrisée au niveau technique, raffinée, intelligente et qui met en appétit !

Synopsis : Rémy est un jeune rat qui rêve de devenir un grand chef français. Ni l’opposition de sa famille, ni le fait d’être un rongeur dans une profession qui les déteste ne le démotivent. Rémy est prêt à tout pour vivre sa passion de la cuisine… Malgré le danger et les pièges, écartelé entre son rêve et sa condition, Rémy va découvrir le vrai sens de l’aventure, de l’amitié, de la famille et comprendre qu’il doit trouver le courage d’être ce qu’il est : un rat qui veut être un grand chef !

 

Le chocolat

Petite gourmandise, portée par Juliette Binoche, chocolatière tendre et mystérieuse et un Johnny Depp très bohème. L’atmosphère presque magique donne à ce film des airs de conte de fée. Une histoire de chocolat, certes, mais aussi de tolérance, de liberté et un combat contre la rigidité morale.

Synopsis : Durant l’hiver 1959, Vianne Rocher s’installe avec Anouk, sa petite fille, à Lansquenet, une petite bourgade française. En quelques jours, elle ouvre une confiserie à proximité de l’église. C’est une chocolatière hors pair : elle devine la gourmandise cachée de chacun et adapte ses recettes raffinées pour combler ses clients. Mais la bourgeoisie huppée de la ville ainsi que le Comte de Reynaud sont outrés de voir les habitants envoûtés par les délices de Vianne. Craignant que ses friandises n’amènent les gens au péché et à l’oisiveté, le Comte s’oppose vivement au commerce de Vianne et cherche à causer sa faillite. La venue d’un autre étranger, le beau Roux, va bouleverser la donne.

 

The lunchbox

The Lunchbox est un film agréable et sympathique, on est séduit par une ambiance toute en finesse, par de belles images et surtout par ce doux rituel qui s’installe à travers un chassé-croisé de lunchbox messagères. Emouvant mais jamais mièvre, on y apprend beaucoup de choses sur l’Inde à travers le portrait de Bombay, une mégalopole avec ses foules empruntant les transports en commun, contrastant avec l’isolement de beaucoup d’individus, y compris au travail.

Synopsis : Ila, une jeune femme délaissée par son mari, se met en quatre pour tenter de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa lunchbox au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Le soir, Ila attend de son mari des compliments qui ne viennent pas. En réalité, la Lunchbox a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, proche de la retraite. Comprenant qu’une erreur de livraison s’est produite, Ila glisse alors dans la lunchbox un petit mot, dans l’espoir de percer le mystère.

 

Entre les bras

Ce documentaire est à la fois un magnifique hommage à l’un des plus grands chefs de France et une belle réflexion sur la transmission d’un savoir-faire, d’un héritage.

Synopsis : En 2009, Michel Bras, à la tête d’un des meilleurs restaurants au monde (3 étoiles, 19,5/20), décide de passer la main à son fils Sébastien. Un père et son fils. Tous les deux à un moment crucial de leur carrière. Est-il possible de transmettre l’œuvre d’une vie ? Est-il si facile pour un fils de se faire un prénom ?